Historique

5

La première fanfare

1907 Fondation de la société de chant « L’Avenir »
1911 Acquisition d’instruments ; la société se mue en fanfare
1914 L’Avenir compte … 65 membres
1920 Acquisition d’un terrain aux Rouettes ; construction du café « Le Cercle », d’une salle de répétitions et d’une laiterie
1927 Organisation du festival (qui s’est déroulé à … Saxon !). Quelques mois plus tard, suite, notamment, à des difficultés financières, la société est dissoute.

Prémices d’un renouveau

1943 Constitution d’une section de Jeunesse conservatrice chrétienne-sociale
1946 Création, au sein de cette Jeunesse, d’un groupe de fifres et tambours
1947 Mai : participation au festival de Chamoson

Renaissance

Protocole de l’assemblée de fondation (26 septembre 1947)

Monsieur le président,
Messieurs les membres du comité,
Messieurs,

Le 26 septembre 1947, notre cercle conservateur a vécu ses heures mémorables. Sur convocation d’un comité provisoire, une vingtaine de jeunes conservateurs se sont réunis pour jeter les premiers fondements de la nouvelle société de musique « L’Avenir ». Cette société est fondée surtout pour mieux unir les adhérents de notre Parti. La société des fifres et tambours n’est qu’une étape pour reprendre l’ancienne société de musique et pour la former plus belle et, surtout, plus durable.

Après la lecture et l’approbation des statuts (signés par 50 membres) a eu lieu l’élection du comité au bulletin secret. Notre ami, M. Roger Crettenand est acclamé président de la société. Vice-président : Marcel Lambiel. Secrétaire-caissier : Jean-Baptiste Favre. Membres adjoints : Joseph Lambiel, d’Adrien, Robert Crettenand. (Tous ont entre 18 et 22 ans)

Ensuite sont élus les vérificateurs de comptes : Jean-Louis Lambiel, d’Emile et Roger Crettenand, de Maximin.

Notre cher président prend la parole. Il fait appel à l’union et à la bonne volonté de tous. C’est surtout dans les moments les plus difficiles qu’il faudra être plus courageux et plus persévérant. Cette société aura des conséquences pour l’avenir de notre parti. C’est donc à nous les jeunes de se serrer les coudes et de la mener à bon port. Tous de l’avant. Vouloir c’est pouvoir.

Tous se séparent, contents et fermement résolus à faire triompher les décisions du 26 septembre 1947.

L’assemblée est close à 23 heures.